MANDATION Des Habitants de la Paroisse de PLOUFLUC'HIG en GWENNTRAEZH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MANDATION Des Habitants de la Paroisse de PLOUFLUC'HIG en GWENNTRAEZH

Message  FLUSH le Lun 17 Juil - 18:08

Monsieur de La Porte, de par le Roy Lieutenant général de Bretaigne,

Comme vous nous l'avez mandé, nous avons commissionné en la Trève de Ploufluc'hig en Gwenntraezh clercs parfin qu'iceulx puissent faire enquête sur le pourquoi les paroissiens du lieu s'en refusent la quittance qu'ils doivent à Monsieur de Rohan-Guéméné, leur Signor-Maistre.

Icelle terre a été désolée il y a grand temps, et la paroisse de Ploufluc'hig, jadis prospère bourg, fut alors presqu'entière dévastée par un raz de marée qui ne laissa ici qu'un sur six de ses habitants.Les flots entrant dans la bais de deux bons lieux, ils ne laissèrent à la terre que le manoir de la très notable et très noble famille des Kersauzon, et quatre hameaux de Saint Âne des Roubignoles (sa chapelle fut cependant navrée), Kerkallig, Keryallig, et Coât Fluc'homban. De ce temps où régnait sur iceulx Jehan II de Léon, leur fut exempté le devoir de taille et de fouage, ce que, siècles durant leurs maîtres suivants, princes de Rohan-Léon, ici, de bionnes mémoires n'oublièrent point de faire perdurer, soit qu'ils oublièrent celles taxes remettre, soit qu'ils furent princes fort bons.

Horsçà, cel privilège fut débouté par les Rohan-Guéméné, famille qui hérita d'icelle terre lors la branche Rohan-Léon tomba en quenouille, ce, comme l'on sayct, à la bataille de Saint Aubin du Cormier, en l'an de grâce 1489.   

Les si-devants princes en réclamèrent le rétablissement, du fait de l'aisance novelle où se tenaient les habitants. L'affaire étant sans trop d'importance, il en fut de la demande comme le vent. Elle passa.

Ce dyct, l'affaire est remise en avant, l'an dernier, et, mieulx, les Rohan-Guéméné s'en veulent leur faire payer l'impôt, mais itou le règlement des arriérés, car première demande leur fut faiste lors du recouvrement du dit héritage, fait dès l'an 1490.

Ce que fait la somme assez ronde de 66 666 livres, que Monsieur de Rohan-Guéméné s'en veult bien, par charité chrétienne, réduire au tiers, qui leur sont ce jour, réclamés.

Or la populace, par là soutenue par Erwann de Kersauzon, chevalier, et le père Lohann Skouarneg, qui ont autorité et charge d'âme sur iceulx, s'en refuse de payer le moindre Louis, sous prétexte que le Sire de Rohan-Guéméné n'a sur eulx nulle autorité, car s'en trouverait un survivant de branche Rohan-Léon.

Des documents attesteraient icelles disances, qu'un certain Yann Varia Krad Deoc'h (ce que pourrait se traduire "Dieudonné", en langue françoise, ce que pourrait émouvoire nostre Roy!) serait réputé vrai et recevable descendant de la Maison Rohan-Léon, qu'il faut savoir aînée des Rohan Guéméné.

(Nous avons trouvé en les archives de l’évêché de Saint Pol bien des choses intéressantes à ce sujet, dont vous trouverez annexes en pièces jointes: http://lesloupsdutemeraire.forumactif.org/t4422-la-geste-des-varia-kradoc-h-ab-rohan-perspective-historique)

Ordonc, celle affaire s'en devrait être amenée en jugement au parlement de Rennes, et il n'est nul doute qu'elle soit ensuite portée au Parlement de Paris, seul capable de trancher en pareil cas, car elle est d'importance.

L'on s'en pourrait croire l'affaire légère, puisque ne portant que sur une humble paroisse qui ne compte guère plus de 120 feulx, mais l'affaire est de toute autre aulne, car si l'homme Varia s'en trouvait bien descendant des antiques rois d'Armorique, il s'en pourrait réclamer jusqu'au chasteau de Josselin, et aultres terres des Rohan, sans dire rien de ses droycts au duché de Bretaigne!

Vous comprendrez, Monsieur, qu'il nous faut en l'affaire agir avec la plus grande discrétion, et les précautions les mailleures. Les Rohan-Guéméné sont, vous l'asçavez, si tant partie liées à Madame la Reine Mère et à Monsieur de Mazarin qu'il ne faudrait en aucune façon provoquer l'ire du Roy. Pour cela, il nous serait avis de tenter accord amiable entre les deux parties, pour que l'affaire ne quitte pas les terres isolées du Pays de Léon...

Veuillez, nous vous prions, recevoir de nous les plus humbles et respectueuses salutations dues à votre haulte charge.

Malo de Pontsuzon, Grand Bâtonnier en le Parlement de Bretaigne.
avatar
FLUSH

Messages : 2351
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum