Partagez
Aller en bas
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Lun Juin 05 2017, 00:58

Petit fils du Duc de Lorey, situé non loin du port de la Rochelle, François a passé une grande partie de sa jeunesse entre l’académie navale de Brest et le golfe du Morbihan. Alors qu’il venait de rentrer à l’académie, son père et sa mère disparurent dans de tragiques circonstances alors qu’ils se rendaient pour affaires vers le nouveau monde.

Tous deux avaient entrepris un voyage aux Amériques pour y trouver quelque fortune un funeste jour de 1635, alors que l’assoiffé n’était encore qu’un tout jeune enfant. Mais leur navire n'alla pas été bien loin, capturé qu’il fut par les barbaresques embusqués à Land’End à la pointe des Cornouailles.

Sa mère avait-elle fini dans le harem de quelque Raïs de Salé ? Cela était peu probable car il se dit également que le Barbaresque qui avait pris le navire de ses parents fut pris à son tour quelques semaines plus tard part vers le cap Finisterre par le "Faucon d’Or" et la "Roue de Fortune", deux corsaires en route pour les Amériques qui dit-on, furent coulés peu après par les gardes côte espagnols au large d’une île des Caraïbes.

Il décida de vouer sa vie à devenir le meilleur des capitaines possible et à faire tout son possible pour mettre à mal les intérêts de la couronne d’Espagne. Ses premiers faits d'armes en tant que Capitaine d’une petite compagnie de francs-tireurs furent de rançonner des bateaux de commerce anglais au large de la Francie, à proximité de Southampton mais également près de Calais… Ce qui lui valu de devenir rapidement la honte de son grand-père qui voulait voir en lui un héritier honorable et bien éduqué.

Avec son butin et honte, il décida de partir pour les Caraïbes, plus précisément pour La Tortue, avec la volonté de prendre la mer sur place et porter des coups réguliers et décisifs aux intérêts Espagnols.

Ce qu'il fit dès la fin juillet de 1661 quand avec un peu de chance et une fine négociation, il prend commission pour prendre la mer aux commandes de "l’Insoumis", son brigantin. Début juin de l'année suivante, l'Assoiffé revenait à la tortue liquider sa première commission rien moins que 5 prises à sa suite, non sans avoir au passage taillé en pièce la flottille de garde-côtes de Santo Domingo...


Nom du capitaine:  François de Lorey
Nation du capitaine: François
Réputation du capitaine: 6 (+1)
Traits: Œil de faucon, Charismatique, Traîne la patte
Préjugés du capitaine: Huguenot
Fortune du capitaine: 409 piastres + 10/20ème du Brigantin "Etoile du matin" (ex-Venable Adventure)
Butin de la compagnie: 7000
Dernier partage du butin: +3
Profil de compétences du capitaine: Plaisancier averti, Planificateur compulsif, Amateur de palabres, Sadique ordinaire

RPq- Maître: Aventurier corse  5,  meneur né (ancien maître du Fernandillo)
*DPq- Quartier Maître: Aventurier français 6, Meneur né
VPq- Pilote: Mulâtre dominicain 6, (ancien du Fernandillo)
*10Pq- Charpentier:  Mulâtre dominicain 6
*9Pq- Chirurgien:  Indien Timucuan 5
*8Pq- Canonnier:  Aventurier français 6 (5 dans sa fonction)

7Pq- Soldat espagnol 4 (ancien du Santa Gertrudis)
6Pq- Soldat espagnol 4 (ancien du Santa Gertrudis)
5Pq- Soldat espagnol 4, blessé à l'oeil droit - long à ma détente (ancien du Santa Gertrudis)
4Pq- Soldat espagnol 4, blessé à l'oeil gauche - long à la détente (ancien du Santa Gertrudis)
3Pq- Aventurier corse 6, force de la nature  (ancien du Fernandillo)
2Pq- Aventurier corse  5,  (ancien du Fernandillo)
ACo- Aventurier sarde 5, force de la nature (ancien quartier maître de la Flecha)
*RCo- Aventurier  français 5
*DCo- Aventurier  français 5
*VCo- Boucanier 5
*10Co- Boucanier 5
9Co- Mulâtre cubain 5, (ancien canonnier du Fernandillo)
*8Co- Indien caribe 4

--------------------------------------------------------------
Aventurier 5 - tué dans la prise du Santa Gertrudis
Aventurier 5 - victime d'une Cinquantaine à Puerto Plata
Aventurier 3 - emporté par un boulet au passage de Mona
Aventurier 3 - dispersé façon puzzle à la côte d'Hispagnola
Aventurier 3 - dispersé façon puzzle à la côte d'Hispagnola
Aventurier 3 - dispersé façon puzzle à la côte d'Hispagnola
--------------------------------------------------------------

Effectif total de l'équipage, capitaine inclus: 20 (+2 prisonniers)
Réputation de l'équipage: 103/20 = 6
Chasse partie : moyenne
Loyauté de l'équipage: 13

NAVIRE

Type de navire: Brigantin
Armement du navire: en guerre, équipage renforcé
Propriété du navire: François de Lorey
Nation de la commission: Française
Port de commission:  La Tortue
Validité de la commission:  fin de II/12/62
Quantité de ravitaillement à bord: 5

Cale disponible: 14 tonneaux
Marchandise à bord: 5 tonneaux de vivres, 1 prisonnier: Don Adolfo Juan Zapata y Sandoval (Rançon fixée à 8000 piastres à Trujillo)

CHRONO

Position actuelle: Point Morant, au mouillage
Décade actuelle: I/08/62
PA restants: 9 PA
Loyauté actuelle: 13


Dernière édition par Friedrich le Mar Mai 22 2018, 13:24, édité 46 fois
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Lun Juin 05 2017, 20:17
Aux premiers jours d'août de 1661, de Lorey ayant avitaillé et réglé les derniers détails avec Deschamps (par ailleurs fort ravi de commissionner un huguenot rochelais!) et Ôte-cloche (qui l'est tout autant d'investir dans une seconde entreprise flibustière),  l'Insoumis appareille de la Tortue mettant cap sur le passage de Mona qu'il atteint à la mi-aôut après une brève et nécessaire escale à Puerto Plata. Embusqué au cap Engano, mais Éole se faisant d'humeur badine, le brigantin se voit incapable de gagner sur une double chaloupe espingouine faisant force aviron pour se sortir de ce mauvais pas.

Prolongeant son affût, le flibustier, toujours encalminé dans pet de garenne, commence peu goûter la plaisanterie quand se présente à nouveau double-chaloupe aussi preste que la précédente à donner de la nage ...quand apparaît dans sillage un lourd flibot portant de saltire de gueules....



--------------------

I/08

Appareiller: 1PA
Gagner le large: 1PA
Voguer SE, Bonne brise: 3PA
Interception: RAS
(Bonne brise), Gagner la côte: 1PA
Mouiller à Puerto Plata: 1PA

II/08

Etre surpris à la côte: RAS
Appareiller: 1PA
Voguer SE, vent calme, bonus: 3PA
Ecumer: 3PA (termine l'action) > Double chaloupe espagnole, vent calme
Consommation de 5 tx de ravitaillement

III/08

Ecumer: 3PA (termine l'action) >  Double chaloupe + Flibot espagnols, vent calme
avatar
FLUSH
Ancien de la meute
Ancien de la meute
Messages : 2495
Date d'inscription : 29/09/2008

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Lun Juin 05 2017, 20:58
Ciel !

Un nouveau!

Welcome aboard!
avatar
Aesma
Louveteau
Louveteau
Messages : 40
Date d'inscription : 27/04/2017

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Mar Juin 06 2017, 18:33
Tank ïou
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Jeu Juin 22 2017, 18:18
NOTE HRP: La partie ne pouvant pas se faire le 23 juin, j'ai décalé le calendrier de l'Assoiffé de 4 décades pour qu'ul reste dans la chronologie général. Comme c'est un début, ça n'a pas d'incidence (hormis une éventuelle interception des gardes côtes, ce qui serait moche pour une première sortie en mer :affraid: ). J'ai bien sûr décalé la validité de la commission en conséquence.
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Sam Juil 08 2017, 11:37
Le 8 octobre de 1661 le capitaine de Lorey nouveau venu aux caraïbes, et tout assoiffé qu'il soit, fit l'amère expérience que la course est tout autre affaire que champêtre cueillette de fruits sonnants et trébuchants. Le flibot espagnol lui filant entre les doits, il persista néanmoins à écumer le passage de Mona, si bien qu'à la mi-octobre, par un jour de brise légère, il parvient à surprendre un autre flibot ...flanqué d'un galion portant pavillon de quelque marchand sévillan...

De Lorey, puisant dans ses derniers tonneaux de vivre, va-t-il parvenir à s'abreuver à la source du roy Philippe, s'écoulant en un fort bouillon de 400 tonneaux de jauge sous sa proue?


avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Lun Juil 17 2017, 11:35
Le Flibot capturé de haute lutte, de Lorey remet le cap sur la Tortue afin d'en liquider la cargaison et de les remettre en état avant de les arméer tous deux en course.

III/10
Voguer NO, Bonne brise, Trés endommagé: 5PA
Voguer NO, Vent Frais, Trés endommagé: 4PA
Mouiller à la Tortue: 1PA

I/11
Vente de perles: 300 p/tx > NON
Arpenter les quais: pas de canon en renfort
Réparer: 2 Dommages > 4PA termine l'action

II/11
Vente de perles: 300 p/tx > NON
Arpenter les quais: pas de canon en renfort
Réparer: 2 Dommages > 4PA termine l'action

III/11
Vente de perles: 500p/tx > OUI, 2PA (+ 35000)
Arpenter les quai: canon en renfort à 900 piastres, 3PA (-900)
Achat de ravitaillement: 110p/tx > OUI, 2PA (-3630 / 33 tx)
Recruter: 18 hommes disponibles: 3PA, termine l'action

I/12
Achat de de ravitaillement? (33 tx disponibles à 110p/tx)
Recruter: 9 hommes disponibles (7 recrutés): 3PA, termine l'action
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Sam Sep 16 2017, 14:34
Ayant fait ce qu'il avait à faire à la Tortue, De Lorey remet le cap sur son terrain de chasse favori: le passage de Mona.
L'espagnol tarde à pointer à l'horizon mais cela advient néanmoins à la noël de 1661, sous la manière d'un Senaut, sur lequel au gré d' un vent calme, l' Insoumis parvient à gagner


-------

II/12/61

Appareiller: 1PA
Gagner le large: 1PA
Voguer SE, vent frais: 2PA - Interception RAS
Voguer SE, bonne brise, bonus: 2PA - Interception RAS
Gagner la côte: 1PA
Ecumer à la côte: 3PA (Termine l'action)...pas la moindre voile en vue!
Consommation de 10 tonneaux de ravitaillement

III/12

Ecumer à la côte, vent calme: 1 senaut espagnol!
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Sam Nov 04 2017, 14:19
Ayant prise le Senaut de haute lutte, le capitaine de Lorey juge bon de ne point perdre de temps et de rallier Puerto Plata aux fins d’y réparer l’Insoumis et sa prise en fort piteux état. Pris d’une intuition de bon aloi, l’assoiffé fait transborder les 35 tonneaux de bois de campêche de la prise sur son flibot d’allège. Laquelle prise est remise entre les mains de six aventuriers des moins expérimentés de sa compagnie secondés d’autant de marins espagnols. Longeant la côte d’hispagnola par le nord-ouest, les trois navires doublent la Punta del Espada quand…


…ils sont pris au passage de l’an dans une violente tempête. A bord d’ lnsoumis et du flibot les hommes sont secoués, mais l’essentiel est préservé. Mais les choses prennent un bien mauvais tour sur le senaut déjà lourdement endommagé. Nul ne sait si l’incurie des six incapables entre les mains desquels le destin du navire a été remis, ou si quelque vilaine et désespérée espingouine intention en est la cause, mais toujours est-il qu’au gré d’une forte lame le senaut fut si terriblement secoué…


…qu’une lanterne vint à malencontreusement rouler dans la Sainte-Barbe, offrant à la côte d’Hispagnola un fameux feu d’artifice de la nouvelle année. Le navire en fut bien sûr perdu corps et bien, ne laissant à la vie que trois des aventuriers de la compagnie.
L’Assoiffé en fut perplexe, ne sachant trop s’il devait se féliciter d’avoir transbordé la cargaison de la prise, ou se maudire de l’avoir laissé en si mauvais état entre de si maladroites mains.
Néanmoins  Puerto Plata fut touché avant la mi-janvier de 1662 et les opérations de remise en état promptement lancées, à commencer par le Flibot. Mais l’Insoumis n’étant point encore en mesure de reprendre la mer, de Lorey dût prolonger son séjour en la place. En ce 12 janvier de 1662 il en était donc à profiter de ce délais pour trouver quelque filière de contrebande pour écouler son bois de campêche à bon prix quand…



..alerté par le feux d’artifice malencontreusement à donné la côte quelques jours lus tôt, une cinquantaine en patrouille vint à investir le port interlope de Puerto Plata..

_________________



avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Sam Déc 09 2017, 14:52
De Lorey et la poignée d'hommes qui l'accompagne parviennent à repousser les soldats espagnol, non sans mal. Après avoir tenté en vain de trouver une filière de contrebande et réparé l'insoumis, le flibustiers va écouler son bois de Campêche à la Tortue, avant de s'enhardir au point de mettre le cap sur la Côte de Ste Marthe...prenant soin néanmoins de demeurer loin des côtes.

Là il surprend une double chaloupe auquel par malheur les bordées de l'insoumis mettent par deux fois le feu...si bien que la proie, dévorée par les flammes, vient à sombrer.

Persistant dans sa soif de butin, de Lorey poursuit son action et parvient au derniers jours de février 1662, par une bonne brise, à donner sur deux barque longues espagnoles au large de Rio Hacha...


avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Dim Jan 07 2018, 15:24
2 mars de 1662, la seconde Bataille de Sainte Marthe
ou l’heure de gloire de l’Assoiffé ?

Passe de deux

Côte Ste Marthe fin de février 1662. A bord de l’insoumis le capitaine de Lorey donne la chasse à deux barques longues. Malgré les manœuvres avisés des espagnols pour épargner la plus précieuse des deux cargaisons, c’est bien sur la barque longue « Anna », chargée de perles jusqu’aux écoutilles que le flibustier jette son dévolu.  L’abordage rondement mené, l’assoiffé parvient même à gagner in extremis sur la « Benedicta » qui succombe à son tour !

Ayant réussi cette improbable passe de deux, de Lorey met les deux capitaines à la gène. Emporté par sa réussite le français fait passer le premier de vie à trépas si bien que le second se résout à se confier : un Naos, séparé par le gros tems de la flotte de tierra firme s’est réfugié dernièrement dans la rade de Sainte Marthe aux fins d’y réparer….Le sang de l’assoiffé ne fait qu’un tour ! Malgré ses deux prises désemparées il fait mettre sur le champ le cap sur le port de terre ferme à quelques jours de navigation seulement de sa position…

Le calme ou la tempête?

Le vent passant au calme, et sa flotte étant ralentie par l’état des deux barques longues, le français craint de rater le naos, mais c’est un autre évènement qui lui fait bientôt craindre le pire …




Croisant dans ces eaux selon les indications du Viceroy du Pérou, et au gré d’une mer d’huile, la flottille de galiottes de Giacobosanto Gentili parvient à surprendre les quatre navires que De Lorey conduit devant Sainte Marthe !

Se plaçant judicieusement sous le vent des flibustiers, le corse envoie la double-chaloupe « Flecha » de Giannettino Saletto à l’encontre de l’Insoumis, faisant donner pendant ce temps de l’aviron à ses deux galiottes vers le Flibot lourdement chargé.

Mais le capitaine sarde à bord de la Flecha ne semble pas y voir aussi clair que  son commandant corse. N’y entendant rien à sa mission, la double chaloupe  se retrouve rapidement à tirer des bords inconséquents au beau milieu des flibustiers, essuyant bordée après bordée, et ne pouvant rien plus y faire de que mettre charpentier et chirurgien à l’œuvre pour ne point rendre gorge.

En effet, les quatre flibustiers luttant à vent contraire ne peuvent se résoudre qu’à donner du canon à tout va. Malgré un déluge de feu embrumant les flots et  faisant subir bien des misères aux œuvres des navires, les deux galiottes de Giacobosanto Gentil et Sampiero Bastelica  parviennent dans un même élan à aborder le flibot fort seulement d’une douzaine d’hommes à bord. Le Fernandillo parvient à saisir l’initiative et le sort du flibot portant grande cargaison de perles paraît bien scellé….

Mais c’est sans compter sur la résolution de Michel Nerfs d’Aciers, maître de la compagnie de l’Assoiffé assumant la charge de capitaine sur ce navire. Contre toute attente la mêlée qui s’engage contre le Fernandillo reste indécise, et l’assaut des hommes du Filipillo est repoussé !

Voyant cela, De Lorey, amputé d’une de ses barque longue qui, épuisée, a amené son pavillon, n’hésite pas à envoyer une bordée dans la mêlée, misant sur la plus grande fragilité des galiottes que de son flibot…en vain. Toujours vent debout et désormais désemparé,  Michel Nerfs-d’aciers, à peine surpris de recevoir de son capitaine une bordée en pleine mêlée, parvient néanmoins à couper les grappins, sans  autre espoir que de durer sans pouvoir s’éloigner.

Au vent de l’action, la Flecha à nouveau désemparée, tente de fuir. Mais une dernière bordée partie d’une barque longue tenant à peine la mer, la pousse à baisser pavillon. Restent alors engagés dans le combat :  l’Insoumis, dans la plénitude de ses moyens, une barque longue désemparée, et  un flibot qui l’est tout autant et vent debout. Du côté espagnol, les deux corses, bien que malmenés, ne s’avoue pas vaincus !




Et pourtant ! Un coup de vent inattendu éloigne soudain le flibot de ses assaillants, mais suffisamment peu pour qu’il puisse à courte portée, envoyer une bordé sur le Fernandillo qui, touché à la Sainte-Barbe, vole en éclat !...mais sans causer d’autre dommage alentours…




Désemparé et ne demandant pas son reste le Filipillo rompt le combat et tente de gagner sa planche de salut…mais se fait cueillir par une dernière bordée du flibot ajusté par le désormais nommé Richard « Mortegaliotte », et sombre corps et bien ! Mais le capitaine Bastelica, mettant son monde à bord de deux chaloupes, et profitant d’être au vent des flibustiers parvient à s’échapper.

Quant au flibot, alors qu’il tente une ultime réparation, un matelot probablement tout chamboulé de se voir encore libre et en vie, amène ses couleurs !....ultime facétie sans conséquence…

Jusqu’à la lie

Le calme étant revenu, la Flecha reçoit ses nouveaux maîtres, augmentant la flottille de l’Asoiffé à  cinq unités ! Ayant besoin d’hommes de valeur pour armer pareille armada, de Lorey s’enquiert des naufragés du Fernandillo, ne manquant pas de trouver parmi eux Giacobosanto Gentilli, amiral de la flotille de Santo Domingo qui est prestement mis au fer,  non sans avoir assisté la mort dans l’âme au retournement de nombre d’officiers, mais e consolant néanmoins de voir  trois d’entre eux préférer la mort à pareil déshonneur.

Les quatre marins espagnols préalablement asservis sont alors remis à la mer, rejoignant dans leur funeste destin les 26 survivants espagnols, charge au capitaine Saletto d’improviser parmi les débris du Fernandillo quelque embarcation de fortune capable de les mener à la côte de terre ferme…

Cet épisode passé, mais qui vit pour la première fois une flotille de garde-côtes toute entière étrillée par la flibuste, le Capitaine de Lorey vient à mouiller non loin de Santa Martha, où bien qu’incapable de se lancer sur le champ à l’assaut du port, obtient pour son grand bonheur, confirmation que la Naos s’y trouve toujours !
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Sam Fév 03 2018, 14:05
Dans la rade de Sainte Marthe

Les chaloupes de l’assoiffé étant rapidement repéré et l’alerte immédiatement donnée, et la milice de Sainte Marthe aussitôt mise à l’eau, l’attaque du Santa Getrudis ne fut pas une mince affaire. La chaloupe du capitaine put monter à l’assaut du pont principal qui fut pris à grand mal, de Lorey lui-même ne posant le pied sur le galion qu’au dernier moment.

En effet, alors que la milice vint en vue de la mêlée, quelque résistance persistait à bord, et la chaloupe du quartier maître restait empêtrée contre la poupe de l’espagnol sans pouvoir engager ses hommes. L’affaire semblait donc délicate à conclure, mais c’était sans compter sur la pusillanimité de la milice qui à la première volée de mousquets envoyée sur son bord, s’empressa de donner de l’aviron à rebours…

L’inspection de la cale confirma une fois de plus que l’Assoiffé était en vaine, s’ouvrant sur un trésor évalué 110 000 pièces de huit sonnantes et trébuchantes et, oh surprise ! …sur les gémissements apeurés (et honteusement humides) de l’Archiprêtre de Santa Martha qui s’était dissimulé au premier coup de feu à fond de cale au beau milieu des coffres.

Le pauvre homme  n’était pas prêt de redire la messe dans ses paroisses, car bien que sa rançon fût fixée à 7000 piastres le flibustier, ayant eu vent des déboires de Mc Aarony en ces même lieu, ravala sa soif (passablement étanchée..qui l’eut cru ?!),  prenant soin de lever l’ancre au plus vite, plutôt que d’aller mettre le port à sac.

Quant au capitaine du Santa Gertrudis, la gène ne l’ayant rien fait révéler qui vaille la peine  d’être mentionné,  il fut forcé au service du bord au même titre que la poignée de marins espagnols  tenus captifs…ce qui égaya passablement leur mauvaise fortune.

Un retour poussif, mais salutaire!

Cap fut donc mis sur la côte Jamaïcaine, que l’escadre de l’assoiffé eut grand peine à atteindre au début d’Avril, tant les navires souffraient encore des stigmates des combats. Mais cette escale à la côte (il n’était point question d’entrer à Port Royal avec une escadre totalisant 620 tonneaux ...pour engraisser l’anglais de 1820 piastres de passeport !), ne tint pas toutes ses promesses, seul le flibot étant remis dans un état de marche acceptable.

L’état de délabrement des barques longues de l’escadre ne rendit pas plus aisé la remontée du passage du vent ; aussi ce n’est que le 27 d’avril et ne disposant plus que de 7 tonneaux de vivres à bord que les 6 navires jetèrent l’ancre à…..Léogane !  Du moins l’assoifé était-il parvenu à gagner un port françois  sans essuyer aucune avanie du fait des éléments ou de l’espingouin, comme quoi sa vaine perdurait avantageusement.

--------------------------------------------------

III/03
Appareiller : 1PA
Gagner le large : 1PA
Voguer NO, Vent Calme, Bonus, Désemparé : 6PA
Consommation de 15 tx de vivres
I/04
Voguer NO, Vent frais, Désemparé : 5PA
Gagner la côte : 1PA
Mouiller  à la côte Jamaïcaine : 1PA
Réparer : 4 PA (2 dommages réparés sur le flibot)
II/04
Appareiller : 1PA
Gagner le large : 1PA
Voguer NE, Bonne brise, Désemparé : 7PA
Consommation de 15 tx de vivres
III/04
Voguer NE, Vent Calme, Bonus, Désemparé : 7PA
Gagner la côte : 1PA
Mouiller : 1PA
Acheter 12 tx de vivres à 75/tx (1 relance) : 2PA
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Dim Avr 29 2018, 16:18
De Lorey gagne la Tortue sans encombre au début de juin 1662, venant encombrer la rade avec en sus de l'insoumis, ses 4 prises et acquisition. Liquidant ses prises à très bon prix, et malgré un effectif pléthorique il distribue une part de butin fort coquette de 3782 pièce de huit!..point étonnant donc que tous souhaitent rempiler dans sa compagnie. Parmi les 45 prétendant, la concurrence s'annonce rude pour prendre l'une des 19 places convoitées...
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

le Lun Mai 07 2018, 16:37
Ayant réglé ses affaires à la Tortue, et avant de se rendre au rendez-vous de Point Morant, l'Assoiffé file prestement à la côte de Ste Marthe rendre son Archiprêtre contre les 7000 piastres de sa rançon.

Malgré leur agressivité légendaire, les Taironas habitant cette côte hésitent à chercher querelle aux flibustiers, mais finalement le laisse appareiller sans mal.

Au retour comme à l'aller, l'Insoumis file comme le vent, arrivant au rendez-vous jamaïcain 10 juillet de 1667 avec 21 jours d'avance!


----

II/06
Appareiller: 1PA
Gagner le large: 1PA
Voguer SO, BB, bonus: 1PA
Voguer SO, BB, bonus: 1PA
Voguer SE, BB, bonus: 1PA
Consommation de 5tx de vivres

III/06
Voguer SE, VF: 2PA
Gagner la côte: 1PA
Mouiller: 1PA
Rendez-vous: 3PA, termine l'action


I/07
Être attaqué à terre: Rep 6-2(préjugé)-1(rdv) = 3: 1 succès, puis 2 succès: RAS
Appareiller: 1PA
Gagner le large: 1PA
Voguer NO, VC, bonus: 3PA
Voguer NO, VC: 4PA
Gagner la côte: 1PA
Mouiller: 1PA
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2920
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

Hier à 13:29
Ne voyant âme qui vive à Point Morant, l'Assoiffé, pour tuer le temps, part écumer entre Point Morant et la Cap Crux. A la mi juillet une barque longue anglaise vient à peine troubler la quiétude de ces eaux, avant qu'au derniers jours du mois deux espagnols se présentent: un senaut et un flibot, ..qu'une bonne prise permet de se maintenir hors d'atteinte du flibustiers...

Ayant passé l'heure du rendez-vous, et ne disposant plus que de 5 tonneaux de vivres en cale, l'Insoumis vient à nouveau mouiller à Point Morant le 2 août de 1662, précédé de peu par le Tercera de l'Amiral Playmores.
Contenu sponsorisé

Re: Cabine du Capitaine de Lorey dit "l'Assoiffé"

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum