Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2716
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Chismes y cuentos de Santiago

le Sam Mai 06 2017, 22:43
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2716
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Dim Mai 07 2017, 13:00
Santiago de Cuba, Fin septembre de 1661


Convaincu de la trahison de Lopez Maldona, alias Logan Mc Donald le gouverneur de Morales met sa menace à exécution.
Les 8 hommes de son équipage capturés au cap Cruz en décembre dernier sont pendus en place publique.
Puisse leurs fantômes peser sur l'âme de l'écossois sans foi ni loi.
avatar
FLUSH
Ancien de la meute
Ancien de la meute
Messages : 2346
Date d'inscription : 29/09/2008

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Dim Mai 07 2017, 14:06
Y fait pas bon d'être scotteux, dans ce pays!
avatar
Vincent
Loup vénérable
Loup vénérable
Messages : 746
Date d'inscription : 08/09/2008
Localisation : ALANVM

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Dim Mai 07 2017, 17:16
Il serait utile à ce fort Sympathique De Morales de ne pas prendre la mer sans grande escorte....

Le scotteux se vengera d'une manière ou d'une autre!
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2716
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Jeu Aoû 10 2017, 16:56
Santiago de Cuba, toujours l'automne de 1661


L’ancien équipage de Maldonado est à peine décroché de son perchoir de mort qu’une rumeur se répand qui vise sous la ceinture la bonne moralité du gouverneur de Santiago. Mais par peur, par vice, ou simplement  parce que pour les indolent et hautains « habaneros »,  les « santiagueros » ne sont que de oisifs buveurs, ce ne sont pas les oreilles de Morales qui viennent à bourdonner les premières  mais bien celles de son supérieur,  Juan de Salamanca, Capitaine Général de Cuba, qui déjà bien avant l’an passé,  avait écrit au Roi Philippe pour se plaindre des moeurs dissolues des habitants de l'île et demander l'édification de deux nouvelles églises paroissiales.

Mais si le gouvernement de l’île est désormais aux Habaneros, le diocèse n’en est pas moins demeuré aux Santiagueros, chose qui n’a point échappé à la sagacité du gouverneur Moralès,  surtout quand au printemps de cette année un nouvel archevêque avait débarqué en provenance de Neuve-Espagne pour investir Nuestra Senora de la Asuncion. C’est que le pédigrée du nouveau locataire de la cathédrale avait de quoi retenir l’attention pour qui goûte peu de tâter de la « garrucha », du « potro » ou de la « toca ».



Jusqu’à son ordination épiscopale, Juan de Sancto Mathia Saenz de Manozca y Murillo, n’était autre que l’ « Inquisidor » de l’un des trois Tribunaux du Saint-Office établis aux Indes, lequel, officiant à Mexico,  avait particulièrement brillé à débusquer le marranisme jusqu’à la grande Autodafé de 1649 couronnée de 13 buchés purificateurs.


Certes,  depuis cette apotéose plus de 20 années avait passé, mais Moralès ne doutait point que le zèle virginal du nouvel évêque n’était en rien  étranger, courronne d’Espagne à l’appui, aux préoccupations de Salamanca. Aussi, et ce fut confirmé par la suite, Don Juan Saenz de Manozca ne se séparait-il jamais de son Malleus Maleficarum



...à suivre
avatar
FLUSH
Ancien de la meute
Ancien de la meute
Messages : 2346
Date d'inscription : 29/09/2008

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Jeu Aoû 10 2017, 17:54
Morales a vendu son âme à Satan. Tout le monde le sait !
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2716
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Ven Aoû 11 2017, 15:33
Soixante douze cierges et autant de genuflexions plus tard, nombre de messes sur ses fonds à l’appui, et confesses autant que faire ce peut, de Moralès à l’automne de 1661, était parvenu hors d’atteinte de toute critique quant à sa moralité et son orthodoxie, de sorte que quand la rumeur parvint de la Havane, l’évêque, loin d’y accorder crédit, en apporta le démenti et tout le soutien qu’il put pour la combattre.

Saenz de Manozca n’ayant point fait son deuil des bonnes pratiques du Saint Office, il  fit installer en la Cathédrale un tronc spécialement dédié à la réception des dénonciations des fauteurs de calomnies, chose dont il n’omit pas de faire la promotion lors de ses sermons.

Les motivations spirituelles des pieux délateurs étant renforcée par les récompenses temporelles du gouverneur les résultats ne furent pas longs à venir. Au début d’octobre Alonso Vazquez, chef de la police Rurale de Trinidad menait devant le gouverneur de Santiago deux bougres encapuchonnés et tout ficelés aux poings à qui il avait préalablement su tirer les vers du nez.



Tous deux se dirent, jurant devant le très haut faire paroles de vérité, être d’anciens matelots de la Nuestra Senora de Atocha capturée en juillet dernier à la côte de la Jamaïque par un démon écossois lequel leur aurait épargné la vie contre horribles menaces et promesse de nuire à la réputation du gouverneur. Le nom et la personne de l’écossois étant familiers au gouverneur de Moralès , il en tint conseil avec l’évêque de Manozca jusqu’à soumettre à la question deux autres personnes ayant eu quelque commerce avec ledit Lopez Maldonado alias Logan Mc Donald, catholique de confession.

Le premier témoin, dénommé Raul, ne se fit pas prier et raconta comment le diable écossais avait envouté par quelque maléfice la moitié colorée  de son équipage envers qui il avait charge de capitaine, invoquant le démon jusqu’à envahir le quartier maître, par ailleurs le plus noble et le plus pieux des hommes, de funestes miasmes.

Plus effroyables encore, Raul exposa en marmonnant dans son épaisse moustache tant il était lui-même encore saisit par l’atrocité des faits, ce qui advint en avril de 1661 au large de San Juan. La Redecion ayant pris une barque françoise du nom de « Délivrance », Maldonado s’enferma dans la cabine avec le capitaine du marchand lui faisant subir les pires outrages à grand renfort de hurlements porcins. Raul qui était de faction devant la porte affirma n’avoir été témoin de la scène qu’à son corps défendant.

Le second témoin, un certain Padre Juan, s’étant personnellement entremis pour sauver ledit Malodano de la corde lors de sa capture au cap Crux, se montra plus réticent et se réfugia d’abord sous le couvert du secret du à confesse avant de se montrer plus bavard sous la « Toca ».



Il confessa alors à son supérieur que l’âme de Maldonado subissait grand tourment pour ce que son ôte avais commis d’irréparable avec sa propre sœur de sang, crime pour lequel il hantait désormais la caraïbe pour le plus grand malheur de ses habitants.

La trinité n'étant point complète, un dénommé Panza, se présenta de lui-même, après avoir suivi par curiosité les bourricots menant les deux bougres à Santiago, tel un mage suivant l'étoile du berger.




Il affirma qu’alors qu’il chassait à la pleine lune dans un bois du cap Crux au début de décembre de 1661, il avait aperçu Maldonado chevauchant un cochon sauvage par l’arrière train, faisant apparaître l’attelage contre-nature sous la forme de quelque abomination démoniaque.


Comme ce dernier témoignage recoupait celui de Raul, il fut couché sur le papier tout comme les précédents, et envoyé par les soins de Don Juan Saenz de Manozca à ses anciens collègues du Saint-Office de Carthagène des Indes ayant juridiction sur l’archidiocèse de Santo Domingo, et portant accusation à l’encontre du dénommé Lopez Maldonado des crimes suivants chronologiquement énoncés et faisant apparaître l’emprise croissante du démon sur sa personne:  Inceste, Bestialité, Sodomie, Invocation, Sorcellerie

La gravité des charges fit recommander par l’évêque au gouverneur, de prendre les mesures nécessaires afin que  Maldonado ne soit ni occi par le sabre, ni pendu par la corde, pas plus que la tête séparé du corps, ni même, au grand regret de Moralès que ne lui soit donné la scie, car le cas Maldonado se devait d’être jugé par le tribunal du Saint-Office de Carthagène et à n’en point douter, le démon qui l’infestait d’en être chassé par la feu.




Ces instructions furent donc transmises à bord des navires de Moralès et, les élans spirituels ne rechignant pas d’être renforcés de quelque faveur temporelle, la prime promise pour la capture de « Maldemonio » fut doublée.



Quant à Padre Juan, rongé par le remord, il se condamna lui-même à la flagellation quotidienne et à l’exil en mer, jurant de ne plus toucher terre avant que les flammes ne lèchent les orteils de l’écossois sur la Plazza de Carthagène...
avatar
Vincent
Loup vénérable
Loup vénérable
Messages : 746
Date d'inscription : 08/09/2008
Localisation : ALANVM

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Ven Aoû 11 2017, 16:16
Ah bah comme ça les choses sont claires!
avatar
FLUSH
Ancien de la meute
Ancien de la meute
Messages : 2346
Date d'inscription : 29/09/2008

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Ven Aoû 11 2017, 16:19
Une honte que tout ceci...
avatar
Vincent
Loup vénérable
Loup vénérable
Messages : 746
Date d'inscription : 08/09/2008
Localisation : ALANVM

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Ven Aoû 11 2017, 16:35
Que dire de plus....A part que le nouveau très haut curé Manozca est sans nuls doutes lié lui aussi aux démons. Et qu'avec Morales ce n'est pas des perles qu'ils enfilent.
Comme disait le vieux MC Donald, :"Z'ont pas une gueule à aspirer que des glaçons!"

avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2716
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Ven Aoû 11 2017, 18:38
Ah bah comme ça les choses sont claires!

En effet! Pour Mgr de Manozca elles sont même limpides! Le corps et l'âme de Lopez Maldonado sont infestés par un Satyrus Marinus qui a profité de l'exil de cette âme déjà perdue pour traverser la Mare del Norte et hanter la caraïbe. La chose sera d'ailleurs aisée à prouver une fois ce dernier capturé et mis à nu, car comme fort bien décrit dans le Malleus Maleficarum, si ce démon là est dépourvu de gonades (chose qui advient parfois chez quelques malheureux mais pieux fidèles), la partie la plus charnues de son appareil n'en est pas moins garni d'un appendice natatoire...ce qui peut par ailleurs expliquer les hurlements porcins entourant certains méfaits de Maldemonio.
avatar
Dim
Modérateur
Modérateur
Messages : 117
Date d'inscription : 04/12/2016

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Sam Aoû 12 2017, 22:30
Chasseurs de sorcières ! chasseurs de sorcières !
avatar
Nadriand
Loup vénérable
Loup vénérable
Messages : 729
Date d'inscription : 13/09/2008
http://oriflammesdenadriand.blogspot.fr/

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Dim Aoû 13 2017, 09:57
Burn the witch !
avatar
Friedrich
Modérateur
Modérateur
Messages : 2716
Date d'inscription : 12/09/2008
Age : 47

Re: Chismes y cuentos de Santiago

le Sam Sep 09 2017, 15:37
Toujours en ce mois d'octobre de 1661, Jѳrgen Grѳtt et deux de ses compères capturés au cap Crux, sont menés sous les crachats de la foule vociférante devant Le gouverneur de Moralès jubilant de satisfaction. Le milicien Alvaro ayant fait preuve d'un grand courage et d'une exemplaire détermination dans cette affaire, de Moralès lui accorde commission de capitaine de la milice de Santiago après qu'il ait publiquement reçu la bénédiction de Mgr de Manozca. Qu'un sombre colon armé d'un mousquet se distingue est une chose qui mérite bien d'éclabousser de quelque gloire le blason de ces messieurs...
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum