SYSTEME DE COMMUNICATION AUX CARAÏBES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SYSTEME DE COMMUNICATION AUX CARAÏBES

Message  Friedrich le Mer 29 Juin - 16:46

Pour plus de fun et de fluff la communication entre les PJ n’est possible que lorsqu’ils se trouvent au même endroit au même moment. Dans ce cas ils seront avertis par l’arbitre par MP, et les capitaines concernés pourront échanger par MP ou autre. Bien sûr chacun est libre de respecter cette limitation, l’arbitre n’est pas un flic ! ^^

L’autre moyen de communication consiste à envoyer ou déposer des courriers auprès de l’un des 5 PNJ créés à cet effet (en autre). Ces 5 PNJ sont des personnages  pour qui la circulation d’informations confidentielles est le cœur de leur « commerce ». Tout flibustiers ayant accès aux îles où ils sont établis peuvent librement les rencontrer quelque soit l’intérêt de leurs intentions.

Dans la plupart des cas il s’agira d’un « courrier » qui peut être laissé pour « dépôt » ou pour « envoi ».  Le dépôt du courrier est gratuit mais l’envoi se fait contre rétribution d’1D3*50 pièces de huit, négociable selon le trait du capitaine.

- Dans le cas d’un dépôt  les courriers seront remis à leur destinataire quand il passera sur l’île du PNJ concerné.

- Dans le cas d’un envoi, la destination doit être un des 4 ports concernés (Port Royal, La Barabade, La Tortue, La Martinique, Curaçao). Le délai d’acheminement est de 1 décade par secteur suivant la remise du courrier ajouté d’un aléa de 1D3 décade représentant le temps de navigation incertain ainsi que le délais pour trouver un navire en partance pour la destination voulue. Néanmoins sur un 6 naturel le courrier sera perdu, soit que le porteur aura subit quelque avanie, soit qu’il aura eu une envie pressante, ou tout autre raison.

Dans tous les cas les courriers doivent être envoyés à l’arbitre par MP qui les archives et les remets en temps voulu.


Les 5 commères des caraïbes


Lieu :La Tortue, Quartier de Cayonne, une taverne sans nom mais dont la réputation l’en dispense largement.
Contact : Jean Mangeonjean dit « de Mehon », bâtard faisant autrefois office de garde-chasse aux alentours de sa Lunéville natale.  Propriétaire des lieux sous le sobriquet innatendu de « maître Friedrich », il est passé aux Amériques pour fuir l’occupation françoise.  Engagé puis boucanier il s’est finalement fait un nom grâce sa célèbre choucroute de tabac frais aux écailles de tortue servie sur son lit de cuir bouilli.  D’aucun disent qu’elle fait sauter plus de dents que le scorbut et tanne l’estomac mieux que deux lunes passées en mer.


Lieu : Port Royal, Fish Market, un établissement tolérant nommé « Proud Kitty »
Contact : Jezabel Short, autrement connu sous le sobriquet de « Cannonball ». La rumeur prétend qu’elle est arrivée à la Jamaïque dans les bagages du général Venable., sa roublardise et son entregent l’ayant rapidement fait passer de simple fille à soldat à maîtresse de maison.


Lieu : La Martinique, paroisse jésuite de Case-Pilote à la côte Nord de Fort Royal, confessionnal de Notre Dame de l’Assomption.
Contact : personne ne sait s’il s’agit réellement du  curé pilotin ou d’un imposteur ou même s’ils sont plusieurs tissant la toile d’un réseau jésuite d’un bout à l’autre de la caraïbe, qu’elle soit espagnole ou non.  Quoiqu’il en soit,  mander la confession au « Père de huit » et le meilleur moyen de s’ouvrir  les plus grandes oreilles des Amériques.


Lieu : La Barbade, un peu à l’écart des quais de Bridgetown, un échoppe  nommée « Conroy Ship’s Care »
Contact : Asicus Conroy a fuit la misère que Cromwell avait semé dans son Irlande natale. Mais il a du rapidement remiser son rêve américain quand la spéculation sucrière a fait passer le prix du moindre lopin de terre au dessus de tout horizon de basse naissance.  Contrairement à ses semblables il s’est accroché à cette île, louant ses services aux navires de passage. Les jours de bonne fortune on le voit acquérir quelque esclave de sa race pour soit-disant  le mettre à son service. Il est pourtant remarquable qu’au fil des ans l’on n’ait jamais vu plus de dix ouvriers dans son atelier. Outre ce soupçon de  trafic de tête rousses  dont on ne sait s’il s’accompagne d’influence ou de rétribution sonnant et trébuchantes, Asicus et si prompt à propager la rumeur que les affranchis le connaissent d’ordinaire sous le sobriquet de « Gossipus ».


Lieu : Curaçao faubourgs de Willemstad, une plantation peu reluisante
Contact : Jacob Kruift fut des juifs qui furent autorisés à s’établir aux îles sous le vent sous condition cultiver la terre pour se faire planteur, l’accès au commerce leur étant fermement dénié.  Mais Jacob n’a rien ni jamais rien eu d’un cul-terreux, et bien loin de ruiner son pécule dans des récoltes improbables,  il sait le faire fructifier par tout les interstices que les amériques laissent entrevoir : prêt sur gages, paris, assurances… «Tante Kru» a toutes les cartes en main…


Dernière édition par Friedrich le Lun 22 Aoû - 13:01, édité 1 fois
avatar
Friedrich

Messages : 2551
Date d'inscription : 12/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: SYSTEME DE COMMUNICATION AUX CARAÏBES

Message  FLUSH le Mer 29 Juin - 17:39

Aaaaaaaaaah... le Proud Kitty me manque... Pourrais je un jour retourner à Port Royal... Sad

Très bien, le système!

Et les PNJ I love you
avatar
FLUSH

Messages : 2271
Date d'inscription : 29/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum